Djellaba, tenue traditionnelle Marocaine

La Djellaba est l’habit du musulman, elle a beau traversé le temps, la robe a toujours su garder un code bien défini imposé par les us et les coutumes. Elle a juste pris un air d’évolution, étoffées par les époques et les goûts dépendamment des contrées. Adopté à Riyadh au Caire, en passant par Sanaa, il existe différente sorte de costume musulman sous toutes ses coutures. Rien qu’au Maroc, la Djellaba a su défier le temps et marquer les esprits.

La Djellaba est l’ensemble de plusieurs cultures

Il est important de connaître les origines de la robe pour mieux la comprendre afin de garder son identité issue de la culture marocaine. Nombreux parmi nous ignorent l’influence persane, andalouse, romaine et même turque sur le code vestimentaire marocain. Provenant de Maghreb et d’Afrique, combiné par un héritage islamique et la présence en terre hispanique pendant des siècles, en plus d’une inspiration aux cultures arabes et berbères, le costume marocain est plus éclectique que riche. La Djellaba tout aussi connue comme le caftan prend sa racine dans les cultures voisines comme l’Empire ottoman. Et tout comme la Djellaba, le caftan turc qui était à la base porté par les hommes sont désormais en possession des femmes. Si ce n’est l’évolution de gent féminine et le monde de la mode ce changement !
Le costume marocain s’inspire alors beaucoup de son voisin, même s’il a résisté à la domination de l’Empire ottoman, mais sa promiscuité avec ce dernier n’a tout de même pas empêché son opacité. On finit toujours par être influencé de son voisin et de son entourage tôt ou tard.djellaba de qualité

La Djellaba habillement de dignitaires

Bien qu’aujourd’hui, le fait de porter une Djellaba a pris une grande ampleur, elle était et est avant tout, le vêtement des dignitaires. Par sa classe et son élégance, et sa prestance, la robe était faite pour habiller les grands personnages les plus hauts placés. Par exemple, la djellaba de Bzou qui est très prise par les hauts dignitaires. Toute sa couture, de sa fabrication, au tissage à la main, ainsi que les finitions font que la robe possède un prix assez remarquable sur le marché. Ce qui n’empêche pas le fait qu’on se l’arrache dans les boutiques. Par contre, la djellaba « bzouia », n’est pas à la portée de tous.

La Djellaba purement Marocaine

Au fil du temps, la robe typiquement Marocaine n’a pris aucune poussière. Le mot Djellaba ou encore jilbab (arabe), désigne une longue robe ample dotée d’un capuchon que l’on porte quotidiennement au Maghreb. D’une couleur blanche ou noire de base, elle a évolué dans le temps. Maintenant, elle est ornée en passementeries, sfifas et encore plein de choses, ce qui rend la robe gracieuse et vraiment belle. Mais ce qui intrigue un peu, c’est au Nord jusqu’au Sud du Maroc, la robe se porte différemment, alors qu’elle se ressemble toute.
La Djellaba se porte comme un manteau, les Marocains ont pris l’habitude de le porter comme vêtement au quotidien. La gandoura et le sarouel sont portés en dessous de la Djellaba. Alors que la gandoura est une tunique à manches courtes, longue jusqu’aux chevilles portées pour être à l’aise même à l’extérieur et même qu’en été, elle se porte seule sans Djellaba. Tandis que le Sarouel, un pantalon large et agrémenté d’un entrejambe est fait de coton ou de lin ; de couleur uni ou bicolores orné de palettes diverses et variées.djellaba de haut design

Pourquoi le choix d’une Djellaba

La robe a une importance vitale pour les Marocains, car elle protège les personnes qui la portent contre le soleil et dans le temps, utilisée pour se protéger des sables du désert. La matière dont elle est faite lui permet cette protection, telle que le coton, MLIFA ou de rayonne, et en laine celle de la Djellaba pour l’hiver. Cette n’est pas n’importe quelle laine, mais récoltée à partir de moutons vivants dans les montagnes environnantes. Ensuite, un long processus de transformation est effectué pour changer la laine en fil. Il est savoir que le processus est fait à la main. Le fil est par la suite tissé afin de créer le vêtement, bien porté par les hommes et les femmes. La robe pour les hommes est généralement traditionnelle tandis que celle de la femme est beaucoup plus moderne avec une touche de gaieté et de glamour, on y trouve des styles sportifs avec des broderies décoratives. Sans oublier le capuchon que l’on appelle « COP ».

La Djellaba traverse le temps

La tenue vient de l’antiquité, et d’un monde archaïque, mais elle a su traversé le temps depuis des siècles tout en gardant son identité. Elle est reprise par les grands stylistes du monde entier pour en être personnalisée. Des conceptions sont faites pour des jeunes filles désirant se vêtir de sublimité et de splendeur, souvent sophistiqué bien bordé par un tissu de haut de gamme, ou de satin de soie doux qui en contact de la peau rend ce dernier si harmonieuse. Ou encore faite de tissu satin duchesse, la robe est très déférente c’est une djellaba de tendance avec capuchon. La Djellaba de haute couture est brodée manuellement d’une manière très soignée par des couturières « maallams » aux doigts d’or avec l’utilisation des matières nobles.
La gent féminine au Maroc et dans les pays arabes et européens qui cherche l’excellence pour leur tenue de soirée ou évènementielle opte pour la Djellaba. La tendance a pris une grande évolution dans l’année 2014, adoptée par les grands couturiers et portée par les mannequins sur le podium comme nouveauté de saison. On a même trouvé de la Djellaba courte, à capuche décorative, et surtout avec un décolleté bien prononcé en V. Elle se porte maintenant avec ou sans ceinture, et peut se porter en tenue légère comme une tunique. Pour cette année 2016, la robe style marocaine est mise sur le marché comme des petits pains tout frais. On se l’arrache dans les boutiques ou plus encore dans les boutiques de vente en ligne spéciale Djellaba.

Modeuse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *